NOMBRES - Curiosités, théorie et usages

 

Accueil                           DicoNombre            Rubriques           Nouveautés      Édition du: 04/08/2020

Orientation générale        DicoMot Math          Atlas                   Actualités                       M'écrire

Barre de recherche          DicoCulture              Index alphabétique        Références      Brèves de Maths

             

Mathématiciens

 

Débutants

Général

  John CONWAY

 

Glossaire

Général

 

INDEX   

Contemporains

Grands hommes

 

Sommaire de cette page

>>> Biographie

>>> Jeu de la vie

 

 

 

 

Dans son bureau de l'université de Princeton en 1993 et en 2009  - Credit...Dith Pran/The New York Times

 

Hommages

His swath was probably broader than anyone who ever lived, said the mathematician Neil Sloane, a collaborator with Dr. Conway and the founder of the On-Line Encyclopedia of Integer Sequences (OEIS). I’ve worked with a lot of people, and he was the fastest at solving a problem and would pursue a topic as far as it would go.

Son éventail était probablement plus large que quiconque ayant jamais vécu, a déclaré le mathématicien Neil Sloane, collaborateur du Dr Conway et le fondateur de l'Encyclopédie en ligne des séquences entières. J'ai travaillé avec beaucoup de gens, et il était le plus rapide à résoudre un problème, et il creusait un sujet autant que nécessaire.

In mathematics and physics there are two kinds of geniuses, Dr. Kochen said, echoing something once said about the physicist Richard Feynman. There are the ordinary geniuses — they are just like you and me but they are better at it; if we’d worked hard enough, maybe we could get some of the same results.

But then there are the magical geniuses, he added. Richard Feynman was a magical genius. And the same always struck me about John — he was a magical mathematician. He was a magical genius rather than an ordinary genius.

En mathématiques et en physique, il existe deux types de génies, explique le Dr Kochen, faisant écho un propos énoncé par le physicien Richard Feynman. Il y a les génies ordinaires - ils sont comme vous et moi mais ils y sont meilleurs; en travaillant assez dur, nous pourrions peut-être obtenir les mêmes résultats.

Mais il y a aussi les génies magiques, a-t-il ajouté. Richard Feynman était un génie magique. Et la même chose m'a toujours frappé à propos de John - il était un mathématicien magique. Il était un génie magique plutôt qu'un génie ordinaire.

Voir Anglais pour le bac  et pour les affaires 

Source John Horton – The New York Times du 15 avril 2020

 

 

RÉSUMÉ

CONWAY

John Horton

1937-2020

82 ans

Britannique

Liverpool-Princeton

 

*           À quatre ans, il connaît les puissances de 2.

*           Adolescent, il factorise tous les nombres de 0 à 1000. Il étonnait ses amis en donnant 999 = 3 x 3 x 3 x 37. (On retient que 111, divisible par 3, est égal à 3 x 37).

*           Il apprend les décimales de Pi et sait les réciter jusqu'à la 808e décimale.

*           Lycée de Liverpool, puis études à Cambridge.

*           Son directeur de thèse: Harold Davenport, spécialiste de la théorie des nombres. Sujet: démontrer que tout nombre peut s'écrire comme la somme de 37 nombres en puissance de 5, une partie de la conjecture d'Eward Waring. Il y parvint.

*           Il épouse une mathématicienne.

*           1966, Moscou, rencontre avec John McKay qui lui parle du réseau de Leech, potentiellement un nouveau groupe de symétrie.

Suite en histoire des groupes de symétrie

 

*           1970, il découvre le groupe de Conway qui décrit ma manifestation de symétries dans un espace à  24 dimensions.

*           Inventeur des nombres surréels.

*           Conway s'intéresse au jeu de go et il découvre les nombre surréels.

*           C'est John Conway qui a traité en profondeur les suites de "commentaires numériques infinis " (look-and-say sequence)

*           Autres jeux: jeu du chou, jeu de la vie (automate cellulaire).

*           En 1972, J.H. Conway a prouvé que la généralisation naturelle du problème de Collatz est logiquement indécidable par algorithme.

*           1985: publication avec quatre co-auteurs de l'Atlas des groups finis, un des livres les plus importants en théorie des groupes.

*           Cercle de Conway / Triangle de Conway

*           Théorème de Morley – Démonstration originale

*           Sprout game (jeu des choux)

*           Groupe monstre

*           Nœud de Conway

 

 

Théorème du libre arbitre (2006)

The theorem, simply put, is this: If physicists have free will while performing experiments, then elementary particles possess free will as well.

And this, Dr. Conway and Dr. Kochen reckoned, probably explains why and how humans have free will in the first place.

En termes simples, le théorème est le suivant: si les physiciens ont le libre arbitre lorsqu'ils effectuent des expériences, les particules élémentaires possèdent également le libre arbitre.

Et cela, selon Dr. Conway et Dr. Kochen, explique probablement pourquoi et comment les humains ont le libre arbitre en première instance.

 

Ouvrage célèbre de Conway et Guy

 

Jeu de la vie (Game of life)

Automate cellulaire (cellular automaton)

 

Historique

Dans les années 1940, John von Neumann veut développer une machine qui s'auto-réplique. Il y parvient en appliquant un jeu de règles compliquées pour déplacer des points sur une grille.

En 1970, le mathématicien britannique John Conway invente le jeu de la vie en simplifiant l'idée de Neumann.

En 1970 et 1970, c'est Martin Gardner qui popularise le jeu en publiant deux articles dans la rubrique Mathematical Games du journal American Scientific.

 

Exemple typique d'une grille animée

 

An animated gif showing the John Conway's game of life

 

Source image: John Conway and The Game of Life - webminset

 

Principe du jeu de la vie

Soit une grille;  les points noirs représentent des organismes vivants.

Leur naissance, vie et mort dépendent de leur voisinage.

Une nouvelle configuration est calculée en fonction de l'ancienne (itérations).

De nombreuses configurations de départ ont été répertoriées, chacune donnant naissance à des motifs qui clignotent, se déplacent, simulent un tir, etc.

Selon la quantité de voisins:

 

 un point noir (être vivant):

*      0 ou 1 => Mort par manque de population.

*      2 ou 3 => Vie.

*      4 ou plus => Mort par asphixie.

 

 pour une case vide

*      3 voisins vivants => naissance d'un point noir.

 

 

 

 

Voir

*             Ron Graham

*             Contemporains de Conway

*             Jeux et énigmesIndex

Sites

*               Jeu de la vie – Animations

*               A discussion of the game of life – Stanford – Divers modèles comme exemples et un simulateur qui permet de partir d'un dessin de votre cru.

*             John Horton Conway – Card Colm

*               The Power of Mathematics – John Conway

*               Life, Death and the Monster (John Conway) – Numberphile – Vidéo

Cette page

http://villemin.gerard.free.fr/aBiograp/Conway.htm